Buek 20 pour bien commencer l’année 2017

La course à pied, pour certains c’est une passion, un exutoire, un moyen comme un autre pour perdre du poids…en ce qui me concerne, c’est plus un mode de vie, une façon de penser, une « way of life » comme diraient les anglophones…et le gros avantage, c’est que c’est universel !!!

En général, mes « vacances » se construisent autour d’une course en particulier, en gros si tu veux me convaincre de partir visiter le Sénégal, le mieux est de commencer ton plaidoyer par : « Tu as entendu parlé du Marathon Eiffage de Dakar pour l’inauguration de l’autoroute ? » …

Mais pour une fois je me retrouve à aller à Budapest sans raison « running »…bon enfin cela n’a pas duré bien longtemps cette exception !!!

Il parait que les gens « normaux » pour préparer un voyage, ils vont regarder la météo prévue (et j’aurais peut-être du lol), acheter un guide touristique, réviser les 50 expressions pour survivre, … bah moi non, direct le cerveau a fait : « weekend à Budapest »…5 secondes… « trop de la balle, je dois trouver une course à faire !!! ».

Alors au début, tu fais le malin, et tu dégaines http://www.google.com… bon ça c’est au début car évidement le dieu du running ne peut pas être avec toi et faire en sorte que le marathon de Budapest tombe pile poil le bon week end…donc au mieux tu vas peut-être trouver une « petite » course mais en hongrois… Et c’est là que tu sors la carte « réseaux sociaux » …bah oui je suis con, Peter, la solution c’est Peter, mon pote hongrois sur Instagram, qui fait aussi bien de la route que du trail…

2017-02-23_071344

Echange de messages avec Peter…BINGO…il se trouve qu’il y a deux « courses » ce fameux weekend : un hike de 20 km le samedi matin et un trail de 40 km dans la nuit de samedi à dimanche. Mon choix se porte rapidement sur le 20 km de samedi matin, pour deux raisons : je n’aime pas courir la nuit et j’ai pas non plus envie de faire une trop longue distance.

Alors va pour un 20 km samedi matin qui porte le petit nom de Buek 20…vas-y que je te googlelise tout cela…bah je ne trouve pas grand-chose…si un site internet genre blog de la fin des années 90…Google Translate semble bien d’accord : c’est sûr c’est de la course à pied…mais j’ai pas bien compris comment s’inscrire ? …où est la course ? …à quelle heure est elle ? Peter me confirme bien que c’est le site de la course, et qu’il n’y a pas de problème, je peux m’inscrire sur place juste avant le départ…mouais, c’est pas que je n’ai pas confiance mais bon je préfère faire ceinture et bretelles.

2017-02-23_071053

Je trouve 3 adresses mails sur le site en hongrois, alors je lance 3 bouteilles dans l’océan du web en anglais (il n’y avait pas hongrois seconde langue dans mon collège) …et miracle 3 jours après je reçois une réponse avec des réponses à toutes mes interrogations : je peux bien m’inscrire sur place, pas de ravito, et j’ai les indications pour me rendre sur la ligne de départ depuis le centre-ville de Budapest. Tout va bien…

 

photo-06-01-2017-15-33-04Bon me voilà à Budapest avec l’envie de reprendre la course à pied après la trêve des confiseurs qui dure un peu depuis l’arrivée de la Saintélyon 2016…mais bordel il fait super froid ici…mais ce n’est pas possible de vivre dans ces conditions…non mais sérieux elle raconte quoi l’appli météo ? -18°C pour samedi matin à 7h…euh…mais non…ça ne va pas le faire là…

 

 

Le vendredi soir avant de se coucher, c’est l’heure de sortir la calculette pour savoir ce que je dois demander à Siri comme heure pour mon réveil…alors la course est à 7h donc je dois avoir pris mon petit déjeuner 3h avant, mais il faut une heure pour faire le trajet de l’hôtel à la ligne de départ…oh bordel…3h du matin…et il est déjà minuit…ah bah oui car je ne t’ai pas raconté…tu sais le coup de  « tu vois des pizzerias à chaque coin de rues toute la journée mais impossible d’en trouver une d’ouverte quand à 20h tu veux aller manger … » finalement je me retrouve à manger des spaghettis bolognaise immondes…encore une organisation de « champion du monde »…mais c’est pas grave, il est temps d’aller se coucher !!!

 

3h08 du matin le réveil sonne…bref…je n’ai pas envie de me lever…je veux rester au chaud sous la couette…en plus je vais mourir de froid…le téléphone m’annonce un -16°C au centre-ville, alors imagine dans les hauteurs de la campagne urbaine…mais pourquoi ?…pourquoi ?…

4h04 du matin…enfin je me bouge le cul par dépit…franchement, le tricot c’est bien aussi comme loisirs non ?!?

5h00 du matin…ouais non je vais retourner me coucher, franchement c’est un coup à terminer en hypothermie dans un fossé hongrois…

5h04 du matin…bon là sérieux je suis à la bourre, d’autant plus que j’ai rien préparé hier soir…comment je m’habille, qu’est-ce que je prends dans mon sac… ?… ?… ?

Tout en mangeant mon « petit déjeuner » me voilà à enfiler toutes les couches que je trouve dans mon sac pour finalement me retrouver avec 4 couches en haut et 2 en bas…sans oublier le bonnet et les gants…et dans le sac, une bouteille de coca, une canette de Red Bull et deux barres de pâte d’amandes cela ira bien…

 

Enfin l’heure de vérité…plein de courage mais un peu à reculons, me voilà dehors pour attendre le bus dans un froid sibérien…ah bah non juste un froid hongrois… ça fait à peine une minute que j’attends que je veux déjà abandonner et rentrer au chaud…c’est pas gagné cette histoire…le bus est là…je suis sauvé…

Terminus du bus…tout le monde descend…euh non moi je ne peux pas rester à l’intérieur pour attendre ? Retour dehors pour une cryothérapie naturelle et gratuite…c’est le tramway que je dois attendre maintenant…c’est long…et c’est quoi ces abris qui n’abritent pas…Et c’est à ce moment que je vois deux mecs se pointer sur le quai du tram…deux petits vieux habillés comme s’ils allaient courir un trail dans le sud de l’Espagne au mois de Mai…et en plus l’un des deux vient me parler…Allo! je ne parle pas hongrois, il ne parle pas anglais…on est bien avancé…enfin au moins je suis rassuré, ils vont prendre le même tramway

Terminus du tramway…tout le monde…bla bla bla…bon là au moins plus besoin de chercher, j’ai juste à suivre la colonne de trailers qui se dirige vers un train…pas chauffé…enfin si peut être mais pas assez pour permettre de profiter d’une température positive pendant le voyage… et là je me dis que cela ne va pas le faire, j’ai trop froid ! #calimero

Enfin on arrive au terminus de train…je continue ma technique du mouton…je ne fais que suivre la colonne…qui me dirige vers une salle chauffée…youpi youpi…un peu de chaud…
photo-07-01-2017-07-10-30Et là, c’est « Back to the futur » mais version hongroise…la bonne vieille ambiance de course des années 2000… « à l’ancienne »…ok par contre on fait comment ? Je tombe sur Peter qui me dit que je dois acheter un dossard ici…je fais la queue…la dame me dit quelque chose en me tendant un papier…apparemment je dois remplir un formulaire d’inscription…ça tombe bien, je ne comprends rien et je n’ai pas de crayon…c’est là qu’une jeune femme arrive comme une princesse sur son fier destrier pour me sauver avec un stylo bille et une maîtrise de l’anglais…je le remplis donc comme je peux avec un stylo qui a besoin d’un bouche à bouche toutes les 3 lettres…en échange la dame me remet un petit livret…euh pas de dossard alors…ok…c’est con j’avais prévu les épingles à nourrice pour une fois lol…

 

photo-07-01-2017-07-08-56        unnamed-4

Ok et maintenant ? je fais quoi ? A ok, je dois refaire la queue !!! c’est digne de la sécu soviétique cette organisation…en attendant je fais mon curieux…apparemment dans le livret il y a ce qu’il semble être des indications pour trouver le parcours…mais alors ça veut dire qu’il n’y a pas de balisage ?!?
photo-07-01-2017-07-10-33Enfin c’est mon tour…et là on m’explique qu’il y a un balisage mais pas tout le temps…et elle commence à me traduire sur le livret les couleurs des différents tracés qu’il faut suivre…c’est pas gagné cette histoire, je vous le dis…ah oui et je reçois de suite mon ravito d’arrivée : un croissant industriel et une brique de jus de pêche…ah bah voilà moi qui m’inquiétais pour rien, je vais sûrement mourir de froid mais le ventre plein c’est déjà cela…Et là, on me demande si je veux partir de suite ? Comment dire ? le départ était déjà prévu à 7h, il est 7h10…évidement que je veux y aller…paf je me fais tamponner la grille une première fois…yapluka …

 

img_9746

Je vais dehors…et là c’est le drame !!! c’est par où le départ ? Je crois comprendre que c’est par là…et c’est partie mon ki-kilian…il est 7h17…sûrement le quart d’heure toulousain…

Au début je suis prudent, je rattrape un groupe de coureurs et je reste derrière eux pour observer et essayer de comprendre le balisage à la hongroise…
Alors ce n’est pas une news, j’ai froid, mais vraiment froid…en particulier les mains alors je bouge les doigts…pour le moment tout va bien, le terrain est gelé mais pas trop technique, le petit groupe que je parasite double des marcheurs…

photo-07-01-2017-07-34-24        img_7638

Après 5 km, je n’ai plus vraiment froid, même aux mains et je commence à être rassuré par le balisage…je décide donc de laisser mon petit groupe et de partir seul devant…ça tombe bien cela commence à grimper un peu…pour rester chaud, je déroge à la règle en continuant de courir…enfin le temps d’être en surchauffe lol…pour revenir à : « ça grimpe, je marche » et là je commence à en doubler un paquet des marcheurs et des coureurs…bon après, avec 17 minutes de retard sur le départ, j’en ai un paquet à doubler…

photo-07-01-2017-07-55-04

Au sommet de la colline, premier point de contrôle, il faut sortir son petit livret pour le faire tamponner par 2 glaçons bien courageux…le soleil se lève, j’en profite pour faire quelques photos…il fait tellement froid que cette petite pause de 2 minutes m’a re-glacé les doigts donc c’est reparti pour la petite gymnastique digitale en commençant la descente par une petite corniche et en continuant ma remontée au classement…

img_7623     photo-07-01-2017-07-48-20

J’essaye de faire attention à ma cheville, à ne pas glisser sur une plaque de verglas, à ne pas tomber dans le vide…mais aussi de profiter du paysage qui s’offre à moi maintenant que le soleil est de la partie…oh putain je dois faire attention aux balises aussi déjà qu’il n’y en a pas beaucoup…c’est les cris de 3 coureurs que je viens de dépasser qui me rappellent cette évidence…demi tour droite…un petit signe pour remercier mes trois sauveurs du jour et c’est reparti en mode « balise, balise,…et balise »

img_7654      img_7653

Second point de tamponnage…et là il y a la queue, j’en profite pour faire des photos avec un autre coureur qui attend aussi avec un équipement de pro : une cagoule pour coureur…il me faut la même…

img_7651

Je range le téléphone, je me fais tamponner et ça repart pour l’aventure…et ça double…et ça double…mais de moins en moins, je commence à me retrouver tout seul sur de longue portion…et ce n’est pas pour me déplaire…je viens de dépasser les 10 km de course d’après ma Polar V800 (#placementdeproduit), les genoux sont ok et la cheville gauche semble ne pas trop se plaindre encore…il est temps d’accélérer pour terminer au plus vite et retrouver la chaleur du camp de base…

Je rattrape mon mystérieux coureur encagoulé…qui n’est autre que mon pote Peter, quand je dis que je ne suis pas physionomiste lol…on discute un peu, on fait des selfies…enfin surtout lui car moi je n’ai vraiment pas envie de retirer mes gants…et je le laisse avec ces deux amis en lui donnant rendez-vous sur la ligne d’arrivée…

Ça monte et ça descend, normal quoi mais toujours personne en vue…à se demander si je n’ai pas raté une balise…ah bah non en voilà une…et miracle au loin je vois deux coureurs…bon le polak, il faut les rattraper maintenant…au début c’est facile mais une fois à 300 mètres derrière eux, cela se complique…apparemment ils n’ont pas prévu de se laisser doubler
facilement…

 

 

 

img_7657

On passe deux tamponnages en faisant l’accordéon, au troisième, j’arrive juste derrière eux…je ne perds pas de temps pour ranger mon livret dans la poche magnétique de ma veste Uglow (#placementleretour)…ça monte direct…ils courent…je cours…ils marchent…je continue de courir un peu avant de marcher…finalement je les dépasse juste avant le sommet et un avant dernier point de contrôle où les deux bénévoles sont plus occupés à allumer un feu, un peu surpris de nous voir arriver…on me tamponne et je repars à fond dans la descente, la seule légèrement technique…je m’amuse…et pof je rate la balise, demi-tour…bon ça va mes deux poursuivants sont encore derrière…

 

A la fin de la descente, me voilà de retour sur le bitume…la fin ? euh j’en suis qu’à 17km moi…le balisage se fait de plus en plus rare en se rapprochant de la civilisation…j’essaye d’anticiper pour ne pas perdre trop de temps à chercher…au loin je vois une voiture qui décharge des affaires avec en étendard un drapeau « Buek 20 », je me dirige vers eux…bah apparemment ils sont soit en retard, soit je suis un peu en avance, il faut trouver le tampon…on me tamponne, je repars…d’autant plus que je vois un coureur arriver au loin…le bénévole me court après en me demandant mon numéro de dossard ?!? mais j’ai pas de dossard mec ! je retourne vers lui…ah si…226…je re-repars et là je me rends compte que c’est Peter qui revient sur moi…

La dernière « mission », si vous l’acceptez sera de ne pas vous faire doubler par votre pote : « challenge accepted »…terminer un 20km par un sprint de 2km au lieu de faire de l’EF avec Peter…je suis con des fois…mais j’aime bien cela…

img_7630

J’arrive à contenir le retour de Peter, les jambes commencent à bruler mais je suis toujours devant lui…je commence à traverser un groupe de bâtiments…ah je ne dois pas être loin de l’arrivée…mais alors va savoir où elle est ?!? Je vois un attroupement, comme un bon mouton je vais dans cette direction…et c’est alors que je me retrouve au terminus du train de ce matin…ah bah je ne suis pas au bon endroit, demi-tour, maintenant je sais où je vais, je croise Peter qui m’indique la direction de l’arrivée et me dit qu’il me rejoint au chaud une fois qu’il aura bouclé la trace Strava pour être détecté…

 

J’arrive dans la salle de ce matin…il fait chaud…ça fait du bien…et là, même galère : « je dois aller où » ?!?

Un monsieur me tombe dessus : pour m’expliquer que je suis le premier qui arrive et que la dame pour le coup de tampon final n’est pas prête mais qu’elle arrive…

unnamed-7

Finalement, je n’ai pas eu plus froid que cela et en moins de 30 minutes, je commence à sentir de nouveau mes orteils de pieds en discutant avec Peter qui va gentiment me ramener à l’hôtel…

img_7632   unnamed-5

Voilà comment j’ai terminé premier d’un « hike » comme ils disent ici en partant 17 minutes en retard…alors je voudrais remercier la grande majorité des participants qui préfère marcher que courir et Strava avec ses KOM et/ou segments (j’ai toujours pas compris)…

Définitivement, la course à pied, c’est un mode de vie qui m’apporte chaque jour son lot d’aventures et de découvertes…


2 réflexions sur “Buek 20 pour bien commencer l’année 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s