25 aout 2016 : l’OCC dans le cadre de l’UTMB

7 semaines. 7 semaines à peine depuis la Traversée du trail de Verbier Saint Bernard…mais qu’est ce que j’ai bien foutu ces 7 dernières semaines…pour être franc : pas grand chose…

Déjà la semaine post « Traversée »…j’étais fatigué, j’étais lassé…alors je ne suis pas sorti courir, enfin si j’ai bien dû courir après mon bus une fois ou deux mais pas assez longtemps pour que ma Tomtom trouve les signaux GPS…

Ma kiné aux pouvoirs « magiques » capables de dompter ma cheville gauche (j’ai pas dit guérir, il faut pas rêver non plus) m’a quitté pour une équipe de basketball…

J’ai essayé de reprendre un peu l’entrainement, mais rapidement je dois ralentir car en plus du tibial postérieur, j’ai le tendon d’Achille qui siffle un peu la fin de la récréation…alors à défaut de courir, j’ai pédalé…beaucoup pédalé…heureusement j’habite sur le parcours de la Loire à vélo…cela donne l’illusion de garder la forme…

IMG_2448

Voilà que la semaine de l’OCC arrive, la course qui devait être l’objectif de l’année…mais bon comme d’habitude je ne suis pas le programme et je me rajoute des trucs en fonction des opportunités et des envies…donc me voilà avec un trail/randonnée de 145 km (l’utcam) la semaine suivant l’OCC…va comprendre Michel!!!

Alors l’OCC c’est quoi déjà? C’est la dernière née des courses dérivées de l’UTMB pour Ultra Trail du Mont Blanc…en gros l’OCC (Orsières Champex Chamonix…mais c’est quoi cette manie de mettre des « x » partout pour ne pas les prononcer?!?) c’est la fin du parcours de l’UTMB, ou alors c’est la course « enfant » avec ses 55km et 3500m de D+

Carte-OCC--topography

Profil_OCC2016

Pour la seconde partie du « Challenge La traversée-OCC », je change de coéquipier en partant le mardi midi avec Fred (la machine qui fait un peu plus de 10h sur la SaintéLyon 2015 pendant que moi je me traine en plus de 12h30 jusqu’à Lyon lol) et Emilie pour Chamonix…enfin à 15h plutôt comme j’ai eu une matinée bien chargée à devoir placer dans mon programme un rdv au service « Médecine du Sport » pour refaire mon certificat médical et chez la remplaçante de mon nouveau kiné pour me montrer comment faire un strapping du tendon d’Achille pour essayer de le préserver pour l’UTCAM…#vismaviededebille

Certificat en poche et cheville gauche momifiée, c’est parti pour 5h30 de voiture , pour finalement prendre possession, non sans difficulté de notre appartement sur les hauteurs de St Gervais…et comme d’habitude, il me manque la moitié des trucs : « ah bon, on devait prendre un duvet? » « ah mais aussi une serviette de toilette! »…ok donc louer un appartement c’est pas comme aller à l’hotel…je le note pour la prochaine fois…

IMG_3232

On part se plonger dans la kermesse mondiale du trail aka UTMB en allant manger à Chamonix …oui car bon, on essaye de nous le vendre comme le « Sommet mondial du trail », mais pour être un fidèle lecteur de site internet américain sur la course à pied, je peux t’assurer que les ricains, l’UTMB, ils s’en tapent comme de leur premier emballage de Big Mac…surement car il manque un ricain au palmarès de l’épreuve reine (chez les hommes je m’entends, c’est bien connu que le classement femme, c’est bon au mieux pour faire un encart à la fin de l’article…)

Alors direct, « ambiance Trailerland » à Chamonix, enfin Cham’ 2016-08-31_232225car maintenant que j’ai terminé le marathon du Mont Blanc au début de l’été je dois pouvoir me permettre cette familiarité, non? Un village exposants énorme, des rues pleines de traileurs affutés comme des rasoirs 4 lames, et des restaurants hors de prix mais surtout dégueulasses…enfin surement pas tous mais celui dans lequel nous avons atterri, particulièrement…mais au moins cela nous donne une bonne excuse pour trouver bonheur chez le glacier du coin…

 

Le jour d’avant :

Alors oui je sais, une veille de course on devrait se limiter à aller chercher son dossard, un petit réveil musculaire et se reposer, ou comme dise les gens « in » : « faire du jus »…euh du jus de quoi? Mais franchement, rien que de penser à ce programme, j’ai envie de me baffer…bah oui quoi bordel, quitte à être là, autant en profiter un maximum…

IMG_2978Et je peux vous dire qu’avec Fred et Emilie, nous nous sommes concoctés un programme
bien chargé…on commence par un « Morning Run » à 8h00 pétantes organisé par CompresSport…alors je vais être honnête (qui a dit « pour une fois »?) la mode de la compression de partout et moi, cela fait deux…mais c’est quoi cette mode de se compresser de partout? Nous ne sommes pas des fichiers audios!!! Et la carotte du « cadeau »…bah pareil, la nature ne m’a déjà pas gâté à la naissance, une bonne raison pour en rajouter avec un « headband » jaune fluo…

Moi, je viens pour une seule chose, approcher de près le vainqueur du dernier 80km du Mont Blanc (et mon favori pour la victoire sur l’UTMB 2016), Diego Pazos et son noeud papillon (c’est marrant cette starification du trailrunning…il n’y a pas cela sur le bitume…surement le fameux « esprit trail »…)…et franchement Diego, il est aussi sympa en vrai qu’il m’avait semblé « easy » sur le 80km…

IMG_2989

Bon bah voilà, ça c’est fait…quoi? on va courir maintenant? ah, doù le « Morning RUN »…euh, oui mais…bon ok, mais pas longtemps les gars et les filles, j’ai d’autres rendez-vous moi après…ah ok d’abord la photo de groupe…

14068483_1264958470204321_8019719773069952729_o
Où est Charlie?

Ouais ok, va pour un petit run, c’est l’occasion de comprendre comment fonctionne ma nouvelle montre…bon, cela se démarre comment une Polar V800?!?

Euh par contre nous on va devoir faire demi-tour, car on a un autre rdv à 9h30…ah il y a une collation offerte…euh bio…ouais ok, on a encore le temps (bah oui c’est gratuit) finalement…mais c’est que c’est bon ces trucs…

IMG_3190

 

Une fois le petit déjeuner bio dans le ventre, on peut passer à notre second RDV avec Fred : l’essai NorthFace…qu’est ce que je connais de NorthFace…bah pas grand chose, et franchement jamais cette marque a été incluse dans mes choix possibles de pompes pour courir, pour randonner oui, mais pas pour courir!!!

img_2999C’est donc l’occasion de tester, il n’y a que les cons qui changent pas d’avis…organisation aux petits oignons, on arrive, on récupère une boîte de « Ultra Endurance », bleu pour les garçons, rose pour les filles (?!?)…y’a plus qu’à les enfiler .

Alors une des particularités de ce modèle c’est les semelles extérieures cramponnées »Vibram Megagrip » (cela nous change des marques de pneu non?!?). Je ne sais pas si cette innovation est à mettre dans la catégorie « marketing » ou la catégorie « technique »…mais bon le Monsieur de Vibram a tout prévu pour faire la démonstration avec une plaque de marbre humidifiée en permanence inclinée à 45°…et évidement, bah je suis le premier à faire le clown dessus…conclusion du test « je ne glisse pas »…bon après pas moyen de comparer avec mes autres chaussures comme tout aura disparu à notre retour de ballade…

Avant de partir pour un petit run de 30 minutes pour « essayer » ces petites NorthFace, instant groupie avec les trailers sponsorisés par NorthFace :  Lizzy Hawker (quintuple victorieuse de l’UTMB) et Sébastien Chaigneau (un palmarès long comme deux bras mais pas encore l’UTMB…)

img_3033

Conclusion : bah comme toujours c’est pas en 30 minutes que tu peux tester des chaussures, c’est après 200 km que tu peux donner un avis…en attendant, je ne les ai pas trouvé désagréables à porter pendant 4 km…

 

Il est temps d’aller chercher notre dossard pour l’OCC de demain, il faut déjà aller chercher le fardeau de matériel obligatoire…et là sur qui on tombe : « dis moi pas qu’c’est pas vrai », je te le donne dans en mille : Xavier THEVENARD, la légende montante de Chamonix, il a juste gagné la CCC, la TDS et l’UTMB (2 fois)…

img_3007

Bon sur la photo, il semble pas super heureux…mais non, c’est pas parce qu’on l’a chopé à la sortie des toilettes…c’est juste car il vient de comprendre que Fred et moi, nous serons aussi sur la ligne de départ à Orcières, il commence à réaliser que son rêve de grand chelem tombe à l’eau…oups, je m’emporte dans mon délire de grandeur…mais je vais apprendre avec joie après le ravitaillement de Vallorcine par un spectateur que c’est bien lui qui a gagné l’OCC 2016!!!

img_3011

Après cette petite pause « Fan de », on arrive enfin pour récupérer notre dossard…enfin à la queue…à attendre et attendre…c’est fou, on est les seuls à parler français ici ou quoi?!?

Il serait surement de bon ton de se plaindre, mais soyons réalistes, on a vraiment pas attendu longtemps finalement quand on imagine la tâche que c’est de distribuer 2600 dossards…et cela c’est assurément grâce à une sacrée organisation militaire,…chez les Poletti cela doit filer droit, moi je te le dis…

img_3013Alors déjà tu commences par passer le contrôle d’identité…je ne sais pas pourquoi, je tombe sur une demoiselle qui a un badge avec le drapeau du Royaume d’Espagne…et je lui parle en espagnol (oui oui je me la pète, hablo un poquito español) et bla bla bla, avec mon passeport elle comprend que je suis français et me pose la question qui tue : « Mais pourquoi tu parles espagnol? »…bah je ne sais pas lol…elle m’imprime une feuille  avec mon numéro de dossard et 5 items choisis au hasard dans la longue liste de matériel inu…obligatoire…NEXT

Après le « contrôle douanier », on passe donc au contrôle du sac comme à l’aéroport, il faut déposer les trucs de la liste dans un bac plastique :

Téléphone : ok

Couverture de survie : ok

Veste à capuche étanche : ok

Pantalon : pfou heureusement que j’y ai pensé…mais franchement aucune chance que je me le trimbale demain…

Casquette : non mais attend on part en randonnée ou quoi? Le tube athlétique fera bien l’affaire?!?

Soulagement, j’ai eu mon coup de tampon…, je peux passer à l’étape suivante…et enfin récupérer mon dossard et le tag du sac…en parlant de tag, il faut encore faire la queue pour qu’un bénévole l’attache lui-même…et il faut encore faire la file indienne pour récupérer le t-shirt…finalement c’est vrai que l’UTMB c’est un peu comme Disneyland tu passes ton temps à faire la queue lol…Enfin bon c’est fait, j’ai mon dossard…quoi encore une queue…mais c’est pas possible…ah non c’est pour faire la photo devant l’affiche de l’UTMB…je m’en tape, on se casse…

Direction l’expo UTMB…mais c’est grand, trop grand, c’est vrai qu’on a le temps…on va essayer de récupérer des trucs gratuits en mode raclure…soyons honnêtes…cette mission est un échec complet…apparemment on nous a vu venir à 3 km avec nos gros sabots…c’est pas bien grave…il fait super chaud mais je prends tout de même le temps de visiter les stands que je voulais voir :

Life+ : ce soi-disant petit appareil qui doit révolutionner la préparation et la récupération en utilisant la lumière…c’est pas que je sois sceptique, enfin si je le suis carrément, les explications que j’ai lu sur leur site internet m’ont laissé, comment dire interrogatif…ils sont très sympas dans cette boite française mais je vais encore étudier la question avant de faire un crédit à la conso pour l’essayer…ou je vais attendre que d’autres essayent lol.

Stoost : alors là je ne connaissais pas du tout…un petit fabricant français de frontale, un couple super sympa, un peu géo trouvetou, cela tombe bien, avec les deux nuits que j’ai prévu de passer dans les montagnes de l’arrière pays niçois, je me dis que c’est peut être une bonne idée d’investir pour remplacer ma frontale décath qui éclaire à peine mes pieds quand je cours en centre ville les matins d’hiver…mais putain…125€…je ne sais pas si courir un ultra cela peut ruiner ma santé, mais le compte en banque est bien attaqué…bon je vais y réfléchir pendant la course…

Zamst : alors qui ne connaît pas Zamst. Avant de connaître Epitact, j’ai essayé pas mal de produits de chez eux…et à chaque fois je me suis dit que les concepteurs n’ont jamais dû courir avec leurs produits…mais avec mes petites chevilles de porcelaine, j’ai bien envie d’essayer encore un coup avec eux, avec leur nouveau produit Filmista, cela coûte un bras mais bon je me lance pour la cheville droite…

img_3090Passage par le stand « tatouage de profil » : sur le marathon du Mont Blanc, j’avais bien apprécié de pouvoir savoir un peu où j’en étais dans mon calvaire de D+ et D-…alors autant refaire le même coup pour l’OCC…oui sauf qu’au MMB, le tatouage était offert alors que là, « business is business » oblige, c’est 6 € le bordel…10€ pour les 170 km de l’UTMB mais 6€ pour les 55km de l’OCC, finalement les tatouages c’est comme les vêtements ou les loyers, la taille diminuant c’est le rapport coût/métré qui explose…Sinon « UTMB connection », c’est pas possible de l’offrir le tatouage pour l’année prochaine? Ou encore mieux d’imprimer le profil sur le dossard? Car bon perso mon nom et ma nationalité c’est pas super utile comme info alors que le prochain ravito…(#jdcjdr)

img_3283

Petit arrêt au stand de l’UTCAM, ma prochaine folie …on va dire que le mec il ne m’a pas super rassuré, un parcours super hard et technique…l’année dernière 600 inscrits, seulement 184 finishers…euh c’est pas certain que c’était une bonne idée pour un premier ultra lol…heureusement pour me remonter le moral on tombe sur Sébastien Camus de la team Garmin et parrain de l’édition 2016 de l’UTCAM : dernier instant groupie de la journée !!!

Bon il fait super chaud alors il faut commencer à penser à l’hydratation car c’est demain la course…alors un petite bière devant l’arche pour ainsi bien visualiser la ligne d’arrivée à franchir dans un peu moins de 24h…

Avant de rentrer dans notre palace avec piscine, on va récupérer Emilie qui fait la maîtresse d’école avant la rentrée scolaire comme bénévole sur les mini UTMB…séquence « tout choupinou » ou « bisounours » suivant l’humeur du jour…mais je ne sais pas pourquoi j’ai bien aimé regarder tous ces enfants courir (par contre un peu moins certains parents qui projettent sur leurs enfants leur envie de gloire sportive déçue…), en particulier le départ de la mini-UTMB avec la même musique que les grands…séquence émotion…qui c’est qui me prête son gamin l’année prochaine???


<p><a href= »https://vimeo.com/183618862″>D&eacute;part Mini UTMB 2016</a> from <a href= »https://vimeo.com/user56952470″>Romaric Idaszek</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

Très belle initiative (et gratuite) de la mafia Poletti!!!

Pour faire court, le soir, avec Fred, on l’a fait sobre : piscine et petit restaurant sur St Gervais que je vous conseille (L’Eterle, 113, avenue du Mont d’Arbois, 74170 Saint Gervais les Bains) avec mon traditionnel repas pré-course : Bière-pizza…

Le Jour J :

Le réveil sonne à 4h du mat’…non mais franchement…mais pourquoi? Pourquoi? La cap c’est vraiment du masochisme…surtout qu’on peut pas dire que nous sommes larges niveau temps…alors va qu’il faut s’habiller avec encore la tête dans le cul, refaire mon strapping de cheville… soyons honnête, ça ressemble à rien, ni fait ni à faire,…c’est pas encore cette année que je vais obtenir mon diplôme de kiné…mais heureusement pour nous sauver nous avons Emilie qui va faire la Uber et nous déposer en Suisse sur la ligne de départ…

Mais où ai-je la tête? J’ai failli oublié mon appartenance à la team #MicroLax…bon pour une fois je ne suis pas satisfait de la qualité de la vidange…j’ai bien peur de le payer plus tard dans la journée…

J’ai rien contre le bus, mais c’est tout de même plus sympa de prendre son petit déjeuner dans une voiture surtout quand c’est pas la tienne, tu culpabilises moins de faire des miettes de partout (non pas taper, pas taper…) …voilà on est passé en Suisse, une vraie passoire cette douane, je comprends le choix de Mr Cahuzac maintenant. Le jour commence a se lever sur de magnifiques montagnes quand on arrive enfin à Orcières.

Direction le lieu de retrait des dossards pour que Fred récupère le sien, oui Mr aime vivre dangereusement,…bon tout se passe bien finalement, enfin avec mon téléphone et mon pantalon de course collection hiver 2003,…au pire Mme Poletti a tout prévu car tu peux acheter le matos manquant ou non conforme au petit stand juste a côté du point de contrôle…business as usual…retour à la voiture pour la fignolage de mon équipement pour la journée…bon déjà direct ma nouvelle chevillère Zamst, elle va rester dans la voiture, je  ne dois pas savoir bien la placer, mais la connasse elle est déjà entrain de me cisailler la malléole après 500 mètres de marche…quand on vous dit de pas innover le jour d’une course, c’est pas que des conneries lol…

Le point important du jour : ne pas chopper de coup de soleil sur le crâne, histoire de ne pas être brûlé au second degré pendant 2 semaines comme après « La traversée » de début Juillet…alors j’essaye diverves combinaisons de couvre chef…

C’est bon « ready », direction la ligne de départ…passage, enfin essai de passage au pipi room…car comme d’habitude avant le départ c’est « the place to be »…bon bah on va le faire à la sauvage comme à l’accoutumé…

img_3073

On arrive dans le centre ville d’Orcières, charmant petit village suisse, avec une bande son des années 80/90 qui n’a rien pour me déplaire…le grand jeu du jour c’est d’éviter les pauvres bénévoles qui ont l’ingrate tâche de faire des contrôles de matos dans la zone de départ avant de te coller une pastille noire sur le dossard…

Finalement, nous y échappons…on commence à être de plus en plus serrés comme des sardines, le départ approche…enfin approche, déjà il est retardé de 15 minutes pour permettre aux petits suisses (les écoliers pas les yaourts…) de nous encourager sur le bord de la route (oui car le suisse est malin il confie ses enfants au système scolaire une semaine avant le français…)…alors oui c’est sympa comme initiative mais on nous annonce la canicule et on retarde l’heure du départ…et puis pour avoir eu la chance de vivre sous une dictature, cela me fait vaguement penser  au vidage des usines et des écoles pour applaudir le « président » au moment de son passage dans le coin…

img_3087

Heureux hasard, sur les 1414 coureurs présents, je me retrouve à côté de Jana, une jeune slovaque croisée la veille à l’essai NorthFace…l’occasion de discuter un peu entre coureurs orientaux, émigrés en Europe de l’Ouest lol…

Avec Fred, on se retrouve aussi avec 2 charmantes dames comme voisines de sas…alors comment dire, leur rencontre a été une bonne leçon de modestie et sur le fait de ne pas juger le traileur sur son équipement (un bon sujet de débat cela : la surenchère équipementière dans le trail…)…entre Isabelle qui n’a pas de montre et n’a aucune idée du parcours car elle est là juste pour s’amuser avec sa copine et Karine qui n’a pas sa montre car sa copine doit lui ramener sur un ravitaillement (carton rouge assistance sauvage lol) . Mais en attendant elle a emprunté celle d’une autre amie mais elle ne sait pas s’en servir, et elle n’a pas ses lunettes donc elle n’arrive pas à lire l’écran…enfin un vrai sketch qui nous a bien fait passer le temps…Ah oui et avant que j’oublie pour info Isabelle est arrivée 3ème V2 et Karine est arrivée 5ème V1, le tout en un peu plus de 9h…chapeau bas mesdames…

8h15 : Enfin le départ, il fait déjà trop chaud, 22°C d’après la pharmacie du coin, j’enlève  mon coupe vent…mais pourquoi je l’ai gardé bordel…je vais devoir me le coltiner jusqu’au prochain ravito…après des discours quasiment inaudibles, la course est lancée…et c’est parti mon kiki…enfin bon dans les petites rues, on marche surtout, on essaye d’éviter les bâtons (grrrr)…comme d’habitude j’ai déjà perdu Fred…au miracle je croise Emilie sur le bord de la route, je lui donne mon coupe-vent (carton rouge, assistance sauvage…)…enfin on sort du village, enfin il est envisageable de courir mais  évidemment c’est à ce moment là que j’ai envie de pisser…bon bah je m’arrête, ne jamais refuser l’appel de la nature…

img_3093
Bon aller, je repars…de toute façon pas la peine de se presser, il
y a du monde de partout comme un premier jour de soldes chez Decathlon et j’ai bien étudié le parcours jusqu’à Champex c’est bien roulant…mais mon cul oui, ça monte et ça descend dans tous les sens, et comme à mon habitude je marche dans les montées et je cours dans les descentes…mais mais pourquoi tous les autres ils courent dans les montées…bordel…je me fais doubler par tout le monde… et comme d’habitude, il y a des bâtons de partout…

Pour le moment, le parcours n’est pas super technique, beaucoup de larges chemins, et même du bitume. On traverse quelques villages avec parfois un drapeau français improvisé, petite pause photo pour immortaliser et papotage avec la propriétaire de ces t-shirts…

img_3096

Et on commence enfin la premiere vrai grimpette pour rejoindre le premier ravito à Champeix-Lac…qu’est ce qu’on peut en dire? Des coureurs de partout, trop de monde, à la queue leuleu…devant moi, à deux trois coureurs près, il y a un portugais qui fait la nique à l’interdiction de la musique : comme les wesh wesh de banlieue il se trimbale des mini enceintes qui crachent l’intégrale de Céline Dion en anglais…Non mais attend, il a pété un câble le mec ou quoi? Et l' »esprit trail »? La communion avec la nature?…mais y’a vraiment personne qui va lui faire bouffer son bordel? Bon sérieux, je dois le doubler rapidos car sinon on risque l’incident diplomatique…

2016-09-21_122140

9h34 : J’arrive enfin à Champex j’ai chaud mais cela va encore…par contre je comprends déjà que je vais pas kiffer ma journée…3 verres de coca, 3 rondelles de saucisson et 4 tus…ah  non finalement 1 tuc, les autres veulent pas rentrer…

Je commence à comprendre que la journée va être longue…très longue…(encore plus que ce compte rendu, c’est pour dire…). Au classement je suis déjà à la ramasse à la 310 ème place, le challenge « Traversée-OCC », je peux m’asseoir dessus, surtout que pour le moment, on a fait la partie la plus facile…

ravito1


<p><a href= »https://vimeo.com/183697404″>Coureur 10529 – IDASZEK Romaric – OCC – LiveTrail&reg; Ravito 1 Champex</a> from <a href= »https://vimeo.com/user56952470″>Romaric Idaszek</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

On va pas abandonner pour autant, je vais positiver, déjà 10km de fait, mal fait mais fait…je sors du ravito pour rejoindre le fameux lac de Champex…c’est magnifique, je ne suis pas là « pour acheter du terrain » mais une petite sieste à l’ombre d’un arbre, les pieds dans l’eau…hummm…en passant je discute avec une petite vieille qui pêche : « Ça mord un peu? » « Pas du tout, vous faite tellement de bruit!!! »…bon ok, je ferme ma gueule et je me casse sur la pointe des chaussures…

 

Voilà c’est pas tout cela mais j’ai encore 45 km à me taper sous ce soleil de plomb…et c’est pas gagné…et cela se confirme dans l’ascension de La Giète, le peloton commence un peu à s’étirer mais à me faire doubler par je ne sais combien de personnes, j’ai surtout l’impression qu’il s’étire surtout devant moi…putain de bordel, normalement la grimpette c’est mon truc…mais apparemment pas aujourd’hui…et ce putain de stapping à la cheville gauche qui me lâche au km 13…un signe sûrement…et la nature étant bien ou mal faite, je compense sur la cheville droite…la pauvre…

 

Cela grimpe bien, mais c’est magnifique, je souffre bien, donc j’en profite pour faire des pauses photos…je suis vraiment un escroc lol…

Au sommet, j’ai soif, trop soif…il me reste de l’eau…mais pas de sachet de thé pour aller avec…mais merde j’ai déjà des visions…un bar, avec de la bière fraîche…et merde, c’est pas un mirage…par contre j’ai pas un sou sur moi…la poisse…

Second mirage, il y a un cheval tout seul, là au milieu de rien…euh…c’est interdit dans le règlement de terminer la course à dos de cheval? C’est pas pire que les bâtons, non? Bon je ne sais pas ce qui me retient de piquer le cheval? La peur du coup de sabot peut être…

Ah enfin cela descend, je ne pensais pas le dire un jour mais j’A D O R E les descentes aujourd’hui…passage au point de contrôle de La Giète…97 places de perdues…bien moins que ce que je pensais mais confirmation que je suis à l’ouest au niveau montée aujourd’hui…

ravito2

Descente vers Trient je cours comme prévu…je m’amuse et je double enfin des gens…cela fait du bien au moral, même si les chevilles ne semblent pas d’accord avec le rythme imposé…

 

11h20 : Arrivé à Trient j’en ai marre, mais alors vraiment marre, j’ai soif, j’ai chaud, j’ai mal aux chevilles, une loque humaine et en plus il faut encore grimper des marches pour accéder au célèbre village à l’église rose…sadique!!!

ravito3

384ème à Trient…dans mon naufrage, je suis assez satisfait de ma descente…


<p><a href= »https://vimeo.com/183697493″>Coureur 10529 – IDASZEK Romaric – OCC – LiveTrail&reg; Ravito 2 Trient</a> from <a href= »https://vimeo.com/user56952470″>Romaric Idaszek</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

Par contre quelle galère l’organisation de ce ravito…c’est bien de foutre plein de tables partout…mais bon un peu d’espace pour circuler autour des tables de victuailles c’est pas mal aussi…mais j’ai surtout soif finalement…de l’eau et du coca et encore de l’eau…

 

Bon je dois prendre une décision, garder ce stapping ou le virer? Franchement, il est inutile…mais cela veut dire retirer ma chaussure et ma chaussette…et je ne sais pas pourquoi…Finalement je prends la décision de le retirer mais sans rigoler, ce qui a fait pencher la balance de ce côté c’est une question de marque de bronzage…c’est déjà un vrai champ de bataille mes jambes que j’ai pas voulu en rajouter…Mais quelle galère à retirer mon oeuvre kinésithérapique…chaque mouvement pour retirer la chaussure, la chaussette, les bandes me fait des crampes de muscles dont j’ignorais l’existence…je me tords de partout avec sûrement des grimaces dignes d’un concours olympique…et c’est là que je me dis que finalement, se raser les jambes cela ne fait pas super masculin, mais cela fait beaucoup moins mal quand tu dois retirer 5 m de bande elastane…

Bon voilà le moment sado-maso est terminé, je peux remettre ma chaussure, attrapper 3 rondelles de saucisson pour les manger en marchant…pour partir à l’assaut de Catogne…une longue galère cette montée dans mon souvenir du marathon du Mont Blanc…et pourtant, cette fois ci, j’ai été particulièrement lent, mais c’est pas ma faute, c’est mon chien qui a mangé mon devoir…ah non c’est pas la bonne excuse…c’est à cause du caillou imaginaire dans la chaussure gauche…je m’explique…j’ai passé mon temps à avoir l’impression d’avoir un caillou dans la pompe, alors évidement je m’arrête pour le retirer…mais à chaque fois, je ne le trouve pas…je ne sais plus combien de fois je l’ai fait jusqu’à la Flégère lol

2016-09-22_105032

Bon en attendant, cela monte bien et encore une fois, c’est la porte ouverte à la descente au classement…et je n’ai même plus mes pauses « j’achète du terrain » comme j’ai rangé mon téléphone dans mon sac à 50% car j’en avais ras le cul à Trient et à 50% car je sue tellement que j’ai peur pour mon iphone hydrophobe…et pourtant les paysages sont magnifiques, enfin je crois, j’ai surtout regardé où je posais les pieds finalement…

13h59 : …ah enfin le sommet, La Catogne…et surprise du chef un ravito, enfin une bouteille d’eau, mais sacrement appréciable même si elle n’est pas super fraîche…

ravito4

484 ème, c’est vraiment pas ma journée pour les montées…mais bon c’est pas grave, maintenant cela descend bien, en deux parties jusqu’à Vallorcine…et c’est partie mon kiki, la partie de pacman commence et je m’éclate, les chevilles morflent un peu mais par contre le tendon d’Achille gauche me laisse étonnamment tranquille, c’est presque plus la cheville droite qui siffle…

Vallorcine approche, on commence à entendre le speaker, à voir de plus en plus de supporteurs sur le bord du single, je suis bien content d’arriver car sur la fin les chevilles et surtout les pieds commencent à bien chauffer…en parlant de supporteurs : déjà les arrivées bisounours avec toute la famille cela a tendance à me gonfler mais au milieu de la course quand tu es en mode « Laura Ingalls » dans une grosse descente et que tu trouves devant toi une grappe de gamins poursuivant papa au ralenti…j’ai qu’une seule envie : « bouge de là, bordel de merde… »enfin bon, finalement, je reste poli et je me contente d’un : « il faut faire attention, merde » (bah oui tout de même!!!)

 

14h46 : Vallorcine, un sacré ravitaillement, normal c’est aussi une base vie pour l’UTMB…j’ai faim, j’ai soif….mais sûrement l’effet de la chaleur, je n’arrive pas vraiment à boire et à manger, enfin surtout à manger…je refais les niveaux de mes 3 bouteilles…

ravito5


<p><a href= »https://vimeo.com/183697556″>Coureur 10529 – IDASZEK Romaric – OCC – LiveTrail&reg; Ravito 3 Vallorcine</a> from <a href= »https://vimeo.com/user56952470″>Romaric Idaszek</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

J’ai encore gagné des places en descente…le monde à l’envers. Par contre, j’ai le medio pied droit en vrac…j’ai franchement bien envie de bâcher…mais bon 37km de fait sur 55, cela serait con de laisser tomber si près, et finalement il reste que la Flégère à « se taper » lol.

Comme à mon habitude, je ne m’attarde pas au ravitaillement même si je prends le temps de plaisanter avec une volontaire pour me changer les idées et je la remercie…je pars avec mon gobelet plein , trois rondelles de saucisson et 4/5 tucs…

Mon « chemin de croix » commence…j’essaye de manger, j’ai même pas envie de mâcher, ma réserve culinaire finit dans le fossé à 200 mètres du ravito…et pourtant j’ai faim!!!

C’est dans ces moments là que je deviens sociable, je me retrouve à parler avec un groupe de jeunes au bord du parcours, apparement Xavier THEVENARD vient d’arriver à Chamonix, il a réussi son pari le jurassien, je suis content, cela me remonte le moral bizarrement…

Je continue de marcher, limite chaque pas est douleur, en particulier à droite, je sais bien que c’est plus malin de courir dans ces moment là, mais j’en ai pas envie, mais alors vraiment pas envie…par contre je dois arrêter de ménager ma cheville gauche, car le pied droit ne le supporte plus…

Ah enfin un peu d’ombre, et miracle le caillou imaginaire est de retour!!! Je m’arrête dans une petite clairière en bord d’Arve sur un rondin de bois…évidemment pas de caillou pour changer…par contre qu’est ce qu’on est bien là, à la fraîche…et petit à petit l’envie de bâcher est de retour, et puis il y a l’UTCAM la semaine prochaine, quelle idée à la con encore…oui mais bon j’ai besoin des 6 points de l’UTCAM si je veux participer au tirage au sort pour l’UTMB 2017…donc autant se préserver pour la semaine prochaine et abandonner pour aujourd’hui…oui mais bon vouloir faire l’UTMB et pas être capable de finir l’OCC, c’est juste ridicule…alors le gros débile de polonais, il ramasse ses clics et ses clacs et il repart se taper la Flégère, même en rampant s’il le faut…bordel de merde!!!

Me voilà en marche (il faut pas déconner non plus), cela double de partout, mais cela fait longtemps que j’en ai plus rien à foutre et je ne sais pas comment, sur une longue droite en plein cagnard, je me retrouve à discuter avec un anglais (non mais il y a des français sur cette course?!?)…bon d’abord en anglais (Bryan is in the kitchen, le con depuis le temps il a pas terminé de faire à bouffer…) et après Bryan comprend que je suis français, donc il switch dans la langue de Molière, on parle de course, de trail, cela change bien les idées…bon après il trouve que je marche pas assez vite alors il me dépose là…

Un peu plus loin, au bout de cette longue ligne droite sans intérêt, un nouveau mirage, un carré d’herbe à l’ombre, il y a déjà 3 spectateurs assis là , sûrement à attendre un fils, une amie…mais, mais il y a un petit espace entre eux…je ne peux pas résister, je vais m’asseoir au milieu d’eux, et on commence à discuter de je ne sais plus quoi mais cela fait du bien…

C’est pas tout cela mais il faut repartir maintenant, avant d’attaquer la colline finale, on a droit à une petite mise en bouche…quelle galère…je passe mon temps à faire des pauses…comme un peu l’ensemble de mes camarades d’infortune, donc on passe notre temps à se doubler mutuellement comme nos pauses ne sont pas coordonnées…dans le lot, il y a surtout un britannique d’un certain âge, toujours souriant, on s’encourage mutuellement d’un regard à chaque dépassement. Il y aussi un couple d’espagnol, enfin un couple à trois car ils jouent à un drôle de manège : 2 hommes, une femme, mais 2 dossards…sûrement de l’assistance sauvage mais bon que veux tu dire…et surtout Sébastien, un français du 04, super sympa, on termine la montée ensemble en coordonnant nos pauses plutôt que de se croiser, on discute de tout et de rien mais surtout de cap évidemment…bon j’ai un peu l’impression tout de même de le ralentir dans sa progression, enfin le sommet, cela va redescendre…on essaye de courir, enfin de courir, de trottiner car quel bordel ce terrain, des cailloux et des racines de partout…il y a même des passages qui sont plus de l’ordre de l’escalade que du sentier de randonnée…Sébastien ayant un point de côté, je le lâche dans la descente tout en sachant que je vais le retrouver dans la montée finale car il est bien plus rapide que moi…mon moral remonte aussi vite que l’altitude diminue, il y a pas dire doubler des gens cela fait toujours autant d’effet que les gels à la con « coup de fouet »

Et voilà cela remonte pour la dernière fois de la journée, enfin…l’idée de bâcher ne fait plus partie des options…mais évidemment rapidement je trouve un caillou bien trop accueillant pour ne pas résister à m’y poser pour attendre Sébastien…pour passer le temps je ressors mon téléphone…et merde pas de réseau téléphonique…bon je peux au moins « acheter du terrain » lol

Comme prévu, mon compère d’infortune me rattrape dans la montée. Avec Sébastien on se remet en marche, on avance sur un single parsemé de porteurs de dossard aux abois : il y a le désespéré qui se demande si cette « colline » a une fin, le crampé qui se tord de douleur allongé entre un gros caillou et un buisson, la cartésienne qui demande à tout le monde combien il reste de kilomètres avant le sommet…ah oui et toujours la triplette espagnole dont un des membres est en bien mauvaise posture, ses deux acolytes passent leur temps à lui faire avaler des pilules comme on gave une oie dans mon sud ouest d’amour, apparemment il a des crampes de partout…

J’ai faim, mais surtout j’ai soif, un truc bien frais, une bonne pinte de bière, n’importe laquelle, même de la kro…heureusement, nous sommes deux, alors on discute cela nous fait penser à autre chose…

Et tout d’un coup, un énorme cri de douleur se répand à flanc de colline, brisant instantanément la quiétude de nos galères… je ne suis pas du genre anxiogène, mais ma première idée, c’est une chute dans le vide…impossible de savoir si cela vient de loin ou pas…il faudrait sûrement descendre pour s’assurer que tout va bien, mais je n’en ai pas le courage…et puis à priori je ne suis pas dernier, il doit bien avoir quelqu’un de plus près et de plus compétent pour assister ce malheureux…je me rassure comme je peux, finalement c’est peut être qu’une grosse crampe…oui c’est cela une crampe…assurément…je ne vois pas d’autres explications possibles…ah mais cela fait longtemps que j’ai pas vu mon trio ibérique…bah voilà c’est lui…on se rassure comme on peut…

Sébastien commence à avoir des crampes, il me dit de continuer sans lui…je ne suis pas du genre à me faire prier alors je m’exécute en espérant le retrouver en meilleure forme un peu plus haut quand cela sera mon tour d’avoir un coup de moins bien…je continue à avancer, de mon côté, j’ai pas vraiment de crampe, peut être une ou deux au mollet droit dans la descente précédente et les quadri bloquent un peu de temps en temps…mais franchement, mon cerveau a débranché tout cela depuis un moment, j’ai mal, je suis fatigué mais je suis en mode « zombie »…j’avance…je ne fais plus de pause en me disant que cela rallonge cette histoire…

Enfin, on arrive sur la piste de La Flégère…tu penses être arrivé, et bah non…tu visualises encore plus le dénivelé qui reste à se faire…désespoir…heureusement, le soleil commence à baisser à l’horizon…il fait toujours chaud mais le soleil ne tape plus…mécaniquement, péniblement, je continue d’avancer…

18h04 : Enfin, le dernier ravito, La Flégère,…au classement je suis à la ramasse à la 552ème place, au niveau chrono je vais terminer bien au dessus de l’objectif de 9h30…mais bon c’est la vie, j’en ai terminé de grimper, maintenant il n’ y a plus que 7km de descente…je n’ai qu’une seule envie, en terminer et retirer ces pompes et ce t-shirt constamment mouillé depuis je ne sais combien d’heures…

ravito6


<p><a href= »https://vimeo.com/183697719″>Coureur 10529 – IDASZEK Romaric – OCC – LiveTrail&reg; Ravito 4 La Fl&eacute;g&egrave;re</a> from <a href= »https://vimeo.com/user56952470″>Romaric Idaszek</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

Une gentille bénévole me propose de la soupe, je devrais sûrement accepter mais d’instinct je refuse, moi ce dont je rêve c’est d’un bon gros Big Mac bien gras…et si je me bouge un peu je peux terminer avant 19h. 7km en descente cela doit pouvoir se faire, alors je reste sur un arrêt au stand express, coca/saucisson, je ne refais même pas les niveaux de ma réserve d’eau qui doit être pas loin d’être vide…ça fait du poids en moins…

C’est plus le moment de réfléchir, je termine mon gobelet de coca, je le range dans une des poches de mon sac et c’est partie mon kiki en mode « pacman », chaque appui fait mal mais c’est un pas de plus vers la délivrance de la ligne d’arrivée…qu’on se comprenne je ne fais pas un sprint, mais je trottine, d’autant plus que là on est sur de larges chemins…enfin non cela ne va pas durer bien longtemps, rapidement on se retrouve de nouveau dans des petits sentiers en sous bois…pas grave, je fonce, je double de partout…un espagnol « bondissant » me double en me félicitant, cela fait plaisir à mon petit égo…la plupart des gens que je double sont en mode « zombie », certains ont la gentillesse de me laisser passer, d’autres absolument pas, cela m’énerve un peu, mais je vais mettre cela sur le compte du manque de lucidité…sauf pour une colombienne, qui ne veut juste pas se faire doubler…pourtant avec difficulté, je passe devant, et je continue ma descente…

On commence à voir des spectateurs quand le chemin redevient bien large, cela fait plaisir, comme de croiser des joggeurs qui te félicitent…ma nouvelle Polar V800 commence à m’expliquer qu’elle va être à court d’énergie avant moi (oups le mode économie lol)…dernier passage technique, une source d’eau qui fait une « petite rivière » à traverser…hors de question que je me mouille les pieds maintenant…je m’arrête pour la traverser au sec…c’est à ce moment que ma nouvelle copine d’Amérique du sud refait son apparition en passant allègrement au milieu du flot…elle passe son temps à se retourner pour voir où je suis, et  demander de façon assez agressive le nombre de kilomètres pour l’arrivée en espagnol à des pauvres promeneurs qui pour la moitié ne doivent même pas savoir où se trouve l’arrivée…Je la garde à portée de fusil en me disant qu’une fois le retour de mon amour de bitume, je vais en faire qu’une bouchée…

J’ai eu les yeux plus gros que le ventre :le bitume est enfin de retour mais ma colombienne a été un peu plus longue à mâcher…finalement c’est fait quasiment au même moment où ma Polar V800 rend l’âme…paix à ton âme, tu as fait du bon boulot…

Je commence à entendre la sono de la ligne d’arrivée et son effervescence, je traverse l’Avre, virage à droite pour  la longer en traversant le village expo et en particulier les stands des autres trails qui me faisaient envie encore hier…mais là pour le moment j’ai plus envie d’entendre parler de trails futurs…enfin, j’arrive dans le village de Chamonix, l’idée c’était de courir jusqu’au bout mais je lâche l’affaire, je marche…je me fais doubler, ça va c’est pas la colombienne…un second veut me passer devant…oui non mais un ok, mais pas deux, je reprends la course pour ne pas le laisser partir…mais c’est dur…je suis sauvé, il va faire une arrivée « bisounours » avec sa gamine…il y a plein de gens qui nous encouragent, je tape dans les mains d’enfants…même d’adultes…ah mais c’était Emilie…enfin l’arche avec l’église en arrière plan…la délivrance…Libéré, délivré, je ne courrai plus jamais…

18h58 : je passe la ligne d’arrivée…j’en ai terminé, loin de l’objectif mais j’ai terminé bordel de merde.

ravito7


<p><a href= »https://vimeo.com/183697774″>Coureur 10529 – IDASZEK Romaric – OCC -Arriv&eacute;e Chamonix</a> from <a href= »https://vimeo.com/user56952470″>Romaric Idaszek</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a&gt;.</p>

2016-09-22_122441

 

En franchissant le tapis de chronométrage je n’ai qu’une seule envie, m’asseoir…une chaise, alléluia…de suite 3 secouristes me tombent dessus…je peux lire leur inquiétude dans leur regard…non non, tout va bien, mais si vous avez un peu d’eau je vais pas dire non…

Je me relève et fais le chemin pour rejoindre Emilie, mais avant je récupère ma veste de finisher de l’OCC, c’est un peu la surprise du jour…elle est bien mieux que la veste « sac poubelle » prévue pour les heureux finisher de l’UTMB…par contre je ne comprends toujours pas l’absence de manche? C’est pour faire des économies ?!?

La traditionnelle photo de finisher et je peux enfin clôturer mon aventure de l’OCC 2016

img_3262

Direction le ravito final…j’ai tout autant faim que je n’ai pas envie de manger, va comprendre Michel…alors je bois du coca…non mais dis moi pas que c’est pas vrai…y a des bières…c’est sûrement payant…je suis vraiment mauvaise langue, en demandant gentiment, je récupère le saint Graal de la journée, une canette de Kro…oui après un peu moins de 11h en plein cagnard mes exigences houbloniques sont revues à la baisse…

img_312510h que je suis en sueur…je cherche à m’en libérer…je retire mon t-shirt, les chaussures, les chaussettes…miracle, pas d’ampoule…comme quoi quand je ne fais pas « Mimi cracra » dans toutes les rivières du parcours…pour éviter l’émeute, je garde mon short (#plaisanterie pour ceux qui n’ont pas compris )…et pendant ce temps, j’ai la chance d’assister en face de moi, au sacre du petit prince de l’UTMB, Xavier THEVENARD qui vient de brillamment remporter l’édition 2016 de l’OCC…

15 minutes après avoir terminé de râler après le trail : « plus jamais de trail alpin », « trop la galère la nature du sol ici », « la prochaine je vais en Auvergne »,…me voilà en pleine discussion avec un autre finisher de l’OCC pour savoir le nombre de points (et surtout en combien de courses) pour s’inscrire au tirage au sort de la CCC l’année prochaine…des vrais junkies je vous dis!!!

C’est un peu plus tard que se déroule le grand regret de mon week end à rallonge : un selfie avec la prêtresse de Chamonix, la maîtresse de cérémonie de la kermesse mondiale du trail: Catherine POLETTI. Catherine passe à 5 mètres de moi en quittant l’estrade protocolaire…encore aujourd’hui je ne sais pas expliquer cet échec « Fan de »…de la timidité, ah ah ah bonne blague…de la pudeur du fait d’être à moitié nu et puant, peut être un peu…bon, bah je crois que j’ai pas le choix en 2017, je dois revenir avec un seul objectif, un selfie avec Catherine…

La suite, c’est une soirée entre potes : on attend Fred et son drapeau vert et blanc sur la ligne d’arrivée, Alex nous retrouve…une fois réunis, on termine tous au Mac Do surchauffé de Chamonix…mon appétit n’est pas encore complètement de retour mais il y a du mieux!

Histoire de vivre la course jusqu’au bout, on termine tous ensemble autour d’une bière au niveau de la ligne d’arrivée pour encourager les valeureux traileurs qui auront bravé la nuit pour venir à bout de la terrible Flégère…Le moment « le monde est vraiment petit » de la soirée c’est quand je retombe sur Jana dans la foule en délire, toute heureuse d’avoir terminé elle aussi l’OCC… »Jana znovu gratulujem tebe »

img_3128

Après cette longue journée, nous sommes bien contents de rentrer à St Gervais pour prendre une bonne douche et s’endormir comme des masses!

 

Le Jour d’après :

img_3135

De retour à Chamonix, j’en profite pour visiter le reste du salon, en particulier la partie sur les autres trails…en une demi journée, on fait le tour du monde de la planète : Croatie, Chine, USA, Maroc, Tchad, Argentine, Nouvelle Zélande…que dire à part que je ne vais pas avoir assez d’une vie pour gagner assez d’argent pour tous les faire…donc en attendant de trouver une riche héritière, je tente de faire pencher la chance de mon côté en jouant à chaque concours qui passe…une vrai bête de concours le polonais radin…

En attendant, il y en a deux qui me font bien de l’oeil :

  • l’UTAT : Ultra Trail Atlas Toubkal au Maroc, 105 km 6500 de D+ au pays chéri de mes rêves…course créée l’année de mon départ de Casablanca…je me dois d’y retourner, bon 350€, c’est un budget mais c’est encore possible…direct sur la liste des courses 2017…
  • Le Treg au Tchad…180 km, 2400 de D+, en autonomie alimentaire complète. Beaucoup de raisons pour avoir envie de le faire : ne pas faire comme tout le monde, vivre une aventure humaine, faire partie de cette famille d’aventuriers de la cap,embrasser encore plus l’Afrique qui me fascine tellement depuis mon enfance… Par contre 3350 €, là c’est largement hors budget…où trouver l’argent? cambrioler une banque, se faire sponsoriser par MicroLax,…si vous avez des idées, je suis preneur…

 

Finalement, l’UTMB, on préfère le vivre depuis St Gervais au calme plutôt que dans la cohue médiatique du départ de Chamonix. Nous retournons donc dans le même restaurant que jeudi soir qui se trouve au bord du parcours à la sortie du ravito…parfait pour dîner et encourager nos petits chouchous respectifs : Diego PAZOS (mon favori), Sébastien CAMUS, David LYAUTHEY, Emir et Carole aka Lapins runners…chacun vivra cet UTMB de façon plus ou moins heureuse et à leur manière mais assurément toujours dans l’envie de se dépasser…

Voilà ce long compte rendu est (enfin) terminé, je ne sais pas si quelqu’un va avoir le courage d’arriver jusque là…

img_3139

Même s’il parait que j’ai l’UTCAM à faire la semaine prochaine, je pense que ma première saison de trail se termine ici au pied du sommet de l’Europe…encore beaucoup de choses à améliorer, je n’ai toujours pas compris le fameux « esprit trail », mais j’ai rencontré un nombre incalculable de gens qui méritent d’être connus sur les singles plus ou moins tortueux de France et de Suisse…

Mais en attendant, nous on se lève à 4h30 le samedi pour rentrer à la capitale, lieu de prédilection pour la prépa de nos futurs trails…la bonne blague!!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


2 réflexions sur “25 aout 2016 : l’OCC dans le cadre de l’UTMB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s