Les tirages au sort pour s’inscrire, illégaux?

1031_marathon_630x420Il faut s’y faire, depuis quelques années, la course à pied est à la mode. La grande majorité des coureuses et coureurs  se satisfont de courir le dimanche matin autour de chez eux seuls ou entre amis. De plus en plus désirent aussi participer à des compétitions officiels et ça tombe bien car pour répondre à cette demande croissante, de plus en plus de courses sont organisées pour le bonheur de tous.

Pour des raisons évidentes de logistique, de sécurité et de preservation de l’environnement pour les trails, le nombre de participant n’est pas extensible à l’infini en fonction de beaucoup de paramètres mais principalement de l’espace disponible sur le parcours (largeur des routes ou chemins,…).

Et c’est là que ça coince, car évidement, comme tout phénomène de mode, tout le monde veut s’inscrire aux mêmes courses (et c’est un serpent qui se mord la queue car si la course est surbookée une année, nos « gênes » de mouton nous poussent à vouloir être un des heureux élus l’année suivante).

Les organisateurs ont alors plusieurs façon de régler les problèmes :

  • ne rien faire : pas passe droit, on ouvre les inscriptions le jour J, et on applique la règle du premier arrivé, premier servi. C’est le cas par exemple du semi et du marathon de Paris qui affichent complet 6 mois avant la date de la course ou de Marseille-Cassis qui se paye le luxe d’être sold-out le jour même de l’ouverture des inscriptions. Pour les retardataires restent la solution de « racheter » un dossard (ce qui pose d’autres problèmes légaux en France) aux malheureuses victimes de la préparation.
  • sélection des participants qu’on peut séparer en deux sytèmes :
    • à la performance (généralement pour les courses sur « routes ») : avant de s’inscrire il faut pouvoir justifier d’un certain niveau de performance sur une course officielle (niveau qui varie en fonction du sexe et de la catégorie d’âge). C’est le cas du marathon de Boston  par exemple avec le fameux sésame « BQ » (pour Boston Qualifier) qui apporte aussi son lot de problème avec la triche comme j’avais pu l’évoquer au sujet de Mike Rossi.
    • à l’expérience (généralement pour les trails) : pour s’inscrire à la course il faut alors justifier votre statut de finisher sur d’autres courses « équivalentes ». Le cas le plus sophistiqué en France est l’Ultra Trail du Mont Blanc avec des points UTMB à obtenir sur les deux dernières années.
  • sélection par l’argent (alors ça peut choquer que je le résume ainsi mais c’est ma vision de la chose) que je vais diviser en deux:
    • l’organisateur donne un certain nombre de « droit d’inscription » a des associations caritatives ou a des sociétés sous-traitantes pour des associations caritatives. Le candidat coureur se retrouve à recolter des dons pour l’association en question et s’il obtient un volume de don suffisant il a alors le droit d’acheter son dossard…Ce système est pratiqué par beaucoup des « grands » marathons : Londres, Berlin, New-York, Paris…Quoi en penser, je ne sais pas…c’est très anglo-saxon comme mentalité…d’expérience autour de moi, ça se transforme souvent en « j’ai fait un don moi-même pour avoir le droit de m’inscrire »…et je ne vais pas parler ici des méthodes « commerciales » de société comme Alvarum qui sont plus proches du vendeur de tapis…
    • l’organisateur distribue (revend?) des droits d’inscription à des agences de voyages qui vont les inclure dans des packs « all inclusive »…pas toujours au plus économique…
  • le tirage au sort : l’organisateur propose aux candidats coureurs de s’inscrire à une loterie, et les gagnants peuvent alors passer à la caisse pour payer leur inscription et les perdants attendre le tirage au sort de l’année suivante…généralement l’inscription à ces tirages au sort est gratuite comme par exemple pour le marathon de Londres, Berlin, Chicago,…pour certaines courses, l’inscription au tirage au sort est payante (sans possibilité de se faire rembourser ) : Semi-marathon de New York, Marathon de New York, Ironman d’Hawaii, …

C’est ce dernier moyen d’inscription qui est dans la ligne de mire de certaines personnes aux USA depuis l’année dernière, ce qui est étonnant pour un système en place depuis plus de 20 ans pour le marathon de New-York et depuis 1989 pour l’Ironman d’Hawaii ?!? (un problème de jalousie de recalé du tirage au sort?!?).

1310128066 1600Le 13 Mai 2015, la société basée en Floride, World Triathlon Company, qui organise l’Ironman dans le monde a accepté de verser la somme de 2,76 millions de dollars pour faire stopper les poursuites contre son sytème de tirage au sort pour l’Ironman d’Hawaii.

Le format XXL du triathlon est né à Hawaii et avec les années l’étape d’Hawaii est devenue le Championnat du monde d’Ironman, la très grande majorité des 2000 participants ayant gagné le droit d’y participer sur une autre étape du circuit mondial en fonction de leurs performances. Au contraire de 100 heureux élus qui ont gagné ce droit par tirage au sort…et c’est un business bien rentable avec 14 254 inscrits au tirage au sort  qui ont payé la somme de 50 dollars…Pour 2016, la société s’est engagée à ne pas renouveler le tirage au sort payant…et franchement vous ne trouvez pas ça étrange comme idée, peut on participer aux Jeux Olympiques par tirage au sort?!?

Aux Etats-Unis comme en France les jeux d’argent sont reglementés. Il y a 6 critères qui permettent de différencier des jeux d’argent illégaux sans licence :

  • un échange d’argent
  • le choix des gagnants par le hasard
  • une récompense pour les gagnants
  • plus de 5 participants
  • une participation possible sur plus de 30 jours
  • une collecte quotidienne au moins une fois supérieur à 2000 dollars

Des critères qui à priori ne sont respectés pas le marathon de New York (n’ayant pas de licence) qui vient d’ouvrir sa « tombola » jeudi dernier. C’est à cette date que deux américains, Charles Konopa et Matthew Clark, ont choisi pour déposer plainte à l’US District Court de Manhattan pour violation de la Constitution de l’état de New York en particulier la réglemnatation des jeux de hasard.

Ils réclament la modique somme de 10,56 millions de dollar en dommage des 480 000 participants à la loterie de 2010 à 2015 qui ont payé 11 dollars pour s’y inscrire.

Pour la petite histoire Matthew Clark a participé à la tombola en 2011 et 2015 et Charles Konopa en 2014…sans jamais prendre le départ du marathon de Big Apple…

Chris Weiller

La défense de l’organisateur du marathon, la New York Road Runner, à travers Chris Weiller est assez simpliste :

  • sa loterie n’est pas un jeu d’argent car les 11 dollars ne sont pas de frais d’inscription mais des « frais de dossier »…ça fait beaucoup pour un simple tirage au sort ou tout est géré informatiquement, non? Surtout que les « frais de dossier » pour le semi-marathon de New York (aussi organisé par la NYRR) ne sont que de 5 dollars…ça va un peu à l’inverse de l’idée commune d’économie d’échelle, pour la NYRR l’augmentation du nombre de participant accroît le coût unitaire de gestion ?!?
  • le fait que tous les participants paient ces 11 dollars est une preuve que ce sont des frais de dossier…oui d’accord mais ceux qui perdent ne se font pas rembourser alors…
  • NYRR rentre dans le cadre des oeuvres charitables autorisées à faire des loteries dans l’état de New-York : de part son statut d’association à but non lucratif et en aidant chaque année plus de 400 000 personnes…oui sauf qu’il semble que la dérogation pour les oeuvres caritatives se limite aux associations de vétérans, pompiers et assimilés…Chris Weiller vous vous assimilez vraiment à des vétérans de la guerre ou des pompiers?!?

Et les arguments de nos 2 plaignants semblent plus solides:

  • un échange d’argent : 11 dollars, bien loin des frais réels que l’organisation de la loterie doit générer
  • le choix des gagnants par le hasard : l’année dernière 14 326 « gagnants » pour 80 080 participants
  • une récompense pour les gagnants : le droit de s’inscrire à un marathon incontournable dans le circuit mondial
  • plus de 5 participants : 80 080 participants en 2015
  • une participation possible sur plus de 30 jours : cette année du 21 janvier au 21 février 2016…donc 32 jours
  • une collecte quotidienne au moins une fois supérieur à 2000 dollars : 80 080 participants à 11 dollars soit 880 880 dollars récoltés pendant 32 jours…donc en moyenne 27 527 dollars par jour…

Pour le moment, il n’y a eu qu’un dépot de plainte, le tribunal va devoir statuer pour la déclarer recevable ou non…ce qui peut avoir des répercutions de cette année comme les deux plaignants ont demandé une suspension de la tombola en cours pour l’édition 2016 le temps d’avoir un jugement…

« Wait and see »…par contre je voudrais bien savoir si les deux plaignants se sont inscrit à la tombola de cette année 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s