Le Running c’est pas encore « Dallas » mais on s’en rapproche…

logo@x2Vous en avez déjà surement entendu parlé dans les journaux depuis le début de la semaine : l’annulation des épreuves « Run in Reims » (10 km, semi marathon et marathon). Alors déjà pour rassurer les gens qui s’entraînent depuis de nombreuses semaines, à priori comme la procédure en référé n’a pas été validé par le tribunal de Châlons-en-Champagne (bah oui la préfecture de la Marne c’est pas Reims), il y a très peu de chance que les épreuves de 2015 soit annulées…

Petit retour en arrière pour essayer de comprendre…le premier « Marathon de Reims » devenu par la suite « Reims à toutes jambes » a été organisé en 1984. Depuis cette première édition et jusqu’à celle de l’année dernière, c’est le Comité Marne Athlétisme, le DAC Reims et l’EFS Reims Athlétisme avec l’aide d’environ 300 bénévoles qui en ont assuré l’organisation…

Début 2015, la Mairie de Reims par une série de décisions va mettre un terme à cette aventure de 30 ans, « sur proposition de la société ASO » :

  • suppression de l’édition 2015 de « Reims à toutes jambes » que la ville avait prévue d’organiser le 18 octobre 2015
  • confier l’organisation de « Run in Reims » à la société ASO pour le 11 Octobre 2015

D’un point de vue juridique, je ne sais pas dire si c’est légal mais éthiquement je trouve ça un peu fort de cacao de « déposséder » des associations et donc un peu les citoyens pour le « donner » à une société de droit privé…ou comment passer du sans but lucratif au but lucratif…

Enfin lucratif apparemment que pour ASO, car le bilan pour les caisses de la municipalité semble loin d’être positif. En 2014, la commune a apporté un soutien financier de 25 000€ aux organisateurs (ce qui permettait entre autre d’investir dans la formation des jeunes des clubs d’athlétisme), pour 2015, la convention entre ASO et la mairie de Reims (qui n’est plus trouvable sur internet depuis peu) parle d’une redevance de 9 000 € pour l’occupation du domaine public mais aussi d’une indemnité d’un montant forfaitaire de 120 000 € pour « couvrir le manque à gagner pour la société ASO résultant de l’utilisation de ses équipements au bénéfice de la communication de la ville alors qu’elle envisageait de les dédier à une exploitation publicitaire ». Ok, donc bilan pour la ville 86 000 € de moins dans les caisses entre 2014 et 2015…

Et puis, franchement, ça correspond à quoi ce forfait ?!? à de l’espace publicitaire dans les journaux du groupe (Le Parisien, L’équipe,…) comme si le nombre de pages de publicité dans les journaux étaient réglementé en France…et avec la formule du forfait c’est parfait pour n’avoir à rendre de compte à personne…

Pour corser le tout, la « désignation » d’ASO comme organisateur s’est fait sans mise en concurrence, sans appel d’offres…et c’est l’objet de la procédure judiciaire lancée par l’opposant politique au Maire de la ville de Reims. Mr ASO vous avez déconné là…ok à Lyon pour la « Run in Lyon » cela avait bien fonctionné de ne pas faire non plus d’appel d’offres, mais tu aurais du faire comme à Nice avec ta « Mud day », faire un cahier des charges tellement bien écrit et détaillé qu’uniquement ta boite pouvait y répondre…

ratj-2014_5En dehors de la procédure judiciaire, une autre ombre plane au dessus du bon déroulement des épreuves du 18 Octobre 2015 à Reims…le 2 Septembre 2015 par un communiqué commun, Le Comité Marne Athlétisme, le DAC Reims et l’EFS Reims Athlétisme ont annoncé qu’ils demandent à leurs bénévoles de ne pas participer à l’organisation du « Run in Reims ». ASO va donc devoir rapidement trouver ses propres « bénévoles » (265 personnes pour l’édition de l’année dernière) pour assurer le retrait des dossards, les ravitaillements,…

Dans cet affaire, il y a 3 grands perdants :

  • les participants avec des frais d’inscription qui explosent :
    • 10 km en 2014 : 12,20 €, en 2015 : 20 € => +64%
    • le semi marathon en 2014 : 16 €, en 2015 : 30 € => +87%
    • le marathon en 2014 : 40 €, en 2015 : 55 € => +37%
  • les contribuables de la commune de Reims : avec une augmentation du coût de 86 000 € entre 2014 et 2015
  • les clubs d’athlétisme qui perdent une source de revenu non négligeable pour assurer l’équilibre financier de leurs structures et surement aussi une baisse de motivation pour leurs membres.

Et le seul gagnant semble bien être la société ASO !!!

ASO ou Amaury Sport Organisation, vous ne connaissez peut être pas…par contre vous devez surement connaitre le Tour de France, le Paris Dakar, le marathon de Paris, le semi-marathon de Paris, le marathon de Barcelone,…C’est la filiale, ou plutôt la « vache à lait » du groupe de presse Amaury qui publie des quotidiens comme L’équipe et le parisien et des magazines comme France Football…

Alors loin de moi l’idée de faire ici le procès d’Amaury en particulier et du capitalisme en général, effectivement les droits d’inscription des épreuves qu’ils organisent pour la course à pied sont généralement plus élevés que celles organisées par des associations sportives d’athlétisme. Mais finalement c’est la loi du marché, il profite de l’effet de mode du moment pour la course à pied pour faire des bénéfices conséquents (on parle de 30% de marge nette pour le marathon de Paris, ou de 20 % pour la série des « Mud Day »), mais finalement à ma connaissance, jamais personne a été menacé de mort pour s’inscrire au marathon de Paris, les prix augmentent et le nombre d’inscrits aussi…même si les dossards partent très vite jusqu’à être complet des mois avant la date de l’épreuve, le semi et le marathon de Paris restent encore des épreuves accessibles par rapport au marathon de New York, Boston, Tokyo, Berlin, Londres,…

Par contre une chose me dérange fortement : le mélange des genres. Je m’explique des bénévoles pour une course organisée par l’association locale d’athlétisme ça ne me choque pas, de même pour l’occupation du domaine publique (dont les forces de l’ordre, nettoyage,…). Mais pour une entreprise privée, il me semble logique que cela soit à elle de prendre en charge la chose, non? Je n’ai pas la réponse a ces questions mais si quelqu’un les a, j’attends votre commentaire ;-):

  • les bénévoles ne sont pas payés mais gratifiés de cadeaux : ASO paye des charges sociales et patronales sur ce « salaire »?
  • ASO reverse 500 000 € à la Marie de Paris pour le Marathon de Paris, mais il semble que c’est pour l’utilisation de la marque « Marathon de Paris » qui appartient à la commune. Qu’en est il de l’occupation du domaine publique, de la mise en place des barrières, des forces de l’ordre, du nettoyage des rues,…???

La seconde chose qui me dérange est la suivante : dans le monde du football et du rugby qui génère encore plus d’argent, il existe un système de redistribution des droits de diffusion en direction du monde amateur assurant la formation des jeunes… Si l’exemple du marathon de Reims se généralise, où va la formation de nos futurs champions en athlétisme??? Ne doit on pas envisager un système identique de redistribution entre les sociétés privées et les clubs d’athlétisme? Au regard des résultats plutôt décevant de la délégation française aux derniers Championnats du Monde à Pékin, cela semble nécessaire…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s